Ignasi Foj

(Barcelona, Espagne, 1964)

"Comme disait ma grand-mère : « Du moment que tu t’amuses et que tu ne fais de mal à personne, fais ce que tu veux ». Et c’est ce que je fais."

Toutes mes sculptures sont des pièces uniques, irremplaçables et imprévisibles comme les parties qui les composent, sachant qu’avec toute la ferraille que j’accumule, il est impossible de savoir quelle figure cela donnera plus tard. Il m’arrive que je vois un golfeur là où les autres voient un marteau cassé. Ou qu’un vieux carburateur de voiture s’offre à mes yeux comme un éléphant qui se promène. Ça doit être mon cerveau qui fonctionne ainsi et grâce à cela je peux voir d’autres mondes présents dans le nôtre, qui m’amusent et me stimulent ; et c’est cela que j’ai l’intention de partager. Il s’agit de jouer, de voir plus loin que l’objet que l’on a devant soi, comme par exemple ce cintre qui se convertit en bras ou en guidon de bicyclette. Un pinceau en poisson. Ou quatre pieds de chaise en Pinocchio. C’est la magie des objets : ils se rassemblent sur la table de mon atelier, se mélangeant les uns aux autres et une figure finit par surgir. Et sans cesser d’être ce qu’ils ont toujours été, ils prennent une nouvelle signification aux yeux du spectateur. Comme disait ma grand-mère : « Du moment que tu t’amuses et que tu ne fais de mal à personne, fais ce dont tu as envie ». Et c’est ce que je fais.

EXPOSITIONS